Fleur in the Far North

30 août 2009

Nouvelles photos

Les virus sont terribles au Cameroun et ma carte mémoire ainsi que mon appareil photo ont rendu l'âme et une grande partie des photos que j'avais prises ont disparu. Cependant, il en reste quelques unes et j'ai profité de mon retour en France pour en mettre sur le blog, voir: Forêt tropicale et La journée de la femme.

  • Forêt tropicale:

Une partie des vacances de Pacques 2008 passées avec ma copine Heidi à Korup, dans le Sud-Ouest du Cameroun, en compagnie du guide le plus grincheux du monde. Chief Joseph, grand spécialiste de la faune et de la flore, était outré de devoir passer 3 jours en compagnies de 2 jeunes blanches qui se prenaient pour Tarzan et Jane.

  • La journée de la femme:

La journée internationale de la femme a lieu le 8 mars; c'est le jour le plus important de l'année au Cameroun et une revanche pour beaucoup de femmes.

A Mokolo, ça commence avec le défilé des femmes, regroupées en différentes associations. Alors que les lycéennes portent l'uniforme, le reste des femmes doit défiler dans la tenue qu'elles ont fait confectionner dans le tissu officiel de la journée de la femme, disponible cette année en  couleurs: rose, bleu et vert.

J'ai choisi le bleu alors que mes copines américaines avaient choisi le vert et mes élèves défilaient en uniforme. Pour ma part, j'ai du défiler avec les femmes portant la même couleur que moi car les officiels ne voulaient pas que les couleurs se mélangent... Le tissu (traditionnellement appelé pagne) est couvert de petits dessins représentants des femmes indépendantes et travailleuses et la bordure est une liste d'ajectifs symbolisants les femmes: généreuses, maternelles... Le mari ou le petit ami est généralement chargé d'acheter le tissu pour sa compagne mais certains maris de l'Extrême Nord sont contre cette fête. On dit que les femmes en profitent pour faire les folles et beaucoup de couples se séparent ou divorcent suite aux célébrations arrosées de la journée de la femme.

On défile au stade à la façon militaire - droite, gauche, droite, gauche - et on lève la main droite quand on arrive à hauteur du préfet pour le saluer, une expérience unique en son genre. A la fin du défilé, les gens se retrouvent pour manger ou boire un verre et le soir venu, les plus téméraires se lancent sur la piste d'Innova, la boîte de nuit locale, où pour une fois, les femmes représentent la majorité, toutes vêtues de leur pagne de la journée de la femme rose, bleu ou vert.

Posté par Fleroy à 17:34 - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 mars 2009

Les révélations du voleur de bonbons

Roulements de tambour,

Le dénouement de cette histoire ridicule de vols de bonbons, yaourts, bananes mais également de couteaux, ciseaux et casquette(très dangereux, le vol de casquette quand il fait 45° à l'ombre), et de cassage de lecteur de disques et de fouillage de culottes a eu lieu, contre toute attente, hier après-midi sur mon lieu de travail!

Par mesure de sécurité, je ne nommerai pas le voleur, mais l'appellerai judicieusement "le Voleur". Le Voleur est donc venu me rendre visite hier matin à l'ENIEG, ce qui m'a moyennement plu, surtout lorsqu'il a commencé à faire des mystères en disant que son frère allait lui aussi venir dans l'après-midi. Je me suis fortement énervée, car je n'aime pas qu'on vienne me déranger au travail, surtout quand on est un voleur ou un homme aux moeurs douteuses. Le frère au sens africain du terme n'était en fait pas son vrai frère et était fort bel homme, ma foi. Il s'agit d'un nouveau pasteur venu en campagne d'évangélisation. Ils sont pas fous les évangélistes, ils se disent qu'avec un beau gosse, ils auront plus de chance de convertir les foules, et surtout les femmes, qu'avec un laideron...

Le Voleur s'était confessé au Beau Pasteur pendant cette campagne d'évangélisation et celui-ci l'a trainé à l'ENIEG par la peau du cul pour qu'il puisse me présenter ses excuses et implorer mon pardon afin que notre cher Seigneur lui pardonne à son tour et l'accueille aux cieux les bras ouverts le moment venu. J'ai eu droit à un condensé de la bible en 10' de la part du BP et à un résumé des vols du Voleur. Après m'être fâchée et lui avoir fait la morale, j'ai bien été obligée de prendre sur moi et de lui tendre la main en signe de pardon alors que mon instinct premier aurait été de le taper et de le traîner au commissariat qui est le bâtiment voisin de l'ENIEG.

Posté par Fleroy à 14:42 - Commentaires [5] - Permalien [#]
24 mars 2009

Nouvelles Nouvelles

Honte à moi, Je n'ai pas écrit depuis une éternité! Alors pour une fois, je vais improviser quelques nouvelles fraiches au lieu de les préparer à la main à la lueur de la bougie...

* Phrase de la semaine:

MOI: Ca va pas fort, j'ai été malade tout le week-end.

COLLEGUE: Ah bon, tu as eu le problème de mauvaise haleine?

Je pense et espère que ça doit vouloir dire quelque chose d'autre ici... La raison pour laquelle j'étais malade: rien de grave, juste mélangé mes médicaments antiamibes -que je dois prendre presque tout le temps car j'ai des kystes d'amibes (parasites) dans le bide en permanence- avec quelques Guinness = effet débouchage de tuyau garanti, geyser dans les 2 sens, j'ai du dormir dans la salle de bain. Les notices n'existent pas au Cameroun, les médicaments sont distribués à la pelle dans des sacs plastique, et c'est seulement après avoir fait des recherches que j'ai pu lire que l'horrible médoc ne doit "en aucun cas" être associé à de l'alcool.

* J'ai déménagé, hourra!

Je sais que certains d'entre vous diront que j'aurais pu le faire plus tot, mais mon esprit borné m'en empêchait, je voulais coincer le voleur... jusqu'à ce que la goutte d'eau fasse déborder le vase -ou que le brin de paille déborde le dos du chameau, comme disent les Anglais.

Décidée à protéger les chocolats apportés de France par Maman et voyant les barres disparaitre jour après jour dans mon frigo, j'ai fait une petite expérience tordue mais qui a porté ses fruits. J'ai mis les tablettes de chocolat dans un sac plastique, le sac plastique dans le tiroir à culottes de ma penderie, la porte de la chambre fermée à clés, la porte de la maison fermée à clés avec cadenas et le portail fermé avec cadenas également. Mais comme impossible n'est pas camerounais, mon voleur psychopathe a réussi à se frayer un chemin parmi mes culottes et à manger quelques barres de la tablette de chocolat noir, tout en n'oubliant pas de bien refermer toutes les portes derrière lui! Je le remercie cependant de m'avoir laissé la tablette de chocolat Milka spécial Noel intacte.

Je passe les détails mais après n'avoir rien trouvé d'autres que des cases ou des palais à Mokolo, la famille de la secrétaire a pris pitié de moi et me loge gratuitement dans une petite maison dont ils ne se servent que quelques mois par an. C'est merveilleux, enfin une maison à taille humaine, en plein centre de Mokolo, les voisins sont supers, je peux tout faire à pieds, du coup je rencontre plus de gens et je sors plus, je ne veux même plus rentrer!

* Vacances de Pâcques:

Je pars dimanche avec 2 copines, direction le parc national de korup dans la forêt tropicale.

Dixit Wikipedia:

Le parc est unique en son genre. Il couvre 1260 km² et est considéré comme l’une des plus belles et plus vieilles forêts tropicales humides du monde. La richesse de sa faune et de sa flore réside dans le fait qu’il a survécu à l’âge glaciaire et aujourd’hui il ressemble à un musée de plus de 60 millions d’années.

Plus de 400 essences d’arbres et de nombreuses plantes médicinales y ont été identifiées. On y a notamment découvert une liane (l’aucistraladus korupensis) qui aurait des effets positifs dans le traitement contre certains cancers et contre le HIV.

Quant à la faune, on y dénombre plus de 300 espèces d’oiseaux à l’intérieur du par cet 100 autres dans les environs, 174 reptiles et amphibiens et 140 espèces de poissons qui peuplent les nombreux cours d’eau. Aménagé comme une réserve de faune naturelle, on y trouve quelques éléphants, buffles, antilopes, léopards ou chimpanzés.On y retrouve plus de 25% des espèces de primates d'Afrique.

Très excitant! Ensuite je me dirigerai vers les provinces de l'ouest et le Nord-Ouest du Pays, qui se trouvent en fait dans le sud, car si l'impossible n'est pas camerounais, la logique non plus...

* Retour:

Je devrai rentrer en France autour du 15 juin, mais je ne sais pas encore si c'est pour de bon ou non... Ca se décidera dans les prochains jours ou semaines, suspense!

* Anecdotes:

  • C'est le retour de la saison chaude! Le plus frais que j'ai connu ici devait tourner autour de 25° et ça a duré seulement quelques jours. Je crois maintenant une information que j'avais lue sur internet avant d'arriver dans l'Extreme Nord du Cameroun. Moyenne annuelle de la température: 36°!
  • Vous avez surement entendu parlé de la visite honteuse du Pape à Yaoundé et de ses déclarations sur les préservatifs. Je lutte à mon échelle en continuant la sensibilisation et en faisant des distributions gratuites de capotes à mes élèves quand ils travaillent bien et ils sont ravis.
  • Mes élèves m'ont remerciée et applaudie à la fin de ma leçon ce matin. Parfois, je reçois même des cadeaux. C'est sûr que ce ne serait jamais arrivé dans mon collège anglais et que ça me motive fortement à rester.
  • Je fais de gros efforts pour m'habiller en tenue traditionnelle presque tous les jours, surtout au travail, et pour avoir l'air un minimum élégante car entant qu'enseignante de l'Ecole Normale des Instituteurs des Ecoles du Gouvernement, je suis sensée être une "grande" au village. Apparamment, ça se suffit pas car les hommes de protocole du Préfet ont fait des commentaires à mon directeur sur mon allure générale. Quand on est une "grande", on doit porter le haut et la jupe en tissu traditionnel et plus on porte de tissu, plus on est importante alors il faut avoir de grosses manches ballon, porter de gros boutons recouverts de tissu et s'il reste du tissu, l'envelopper par dessus tout le reste. Côté températures et esthétique, c'est pas idéal...

Posté par Fleroy à 18:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 février 2009

Petits vols à Mokolo

Un voleur sévit chez moi depuis le mois de décembre pour me prendre des choses aussi ridicules que du sucre ou du sel, principalement de la nourriture. En même temps, ça fait mal au coeur de se rendre compte que des personnes doivent en arriver là pour se nourrir mais après avoir changé les serrures et subi de nouveaux vols, mon jugement est devenu plus radical.

J'avais l'impression de jouer le rôle de Carignon-tête-de-con d'Amélie Poulain. En APparence, rien n'avait l'air de bouger de place, la boîte de bonbons ramenée de France en cas de coup dur était toujours là, mais elle était vide§ Idem pour les yaourts, la grenadine... Ce qui faisait rire mes amis qui pensaient que je me levais la nuit pour vider le frigo.

Un jour, après une journée difficile, je rentre à la maison pour me reposer et constate qu'on m'a volé mon bracelet, que les perles sont éparpillées sur le sol, que ma boîte de bonbons est vide et qu'on a même bu la moitié de l'eau filtrée stockée dans mon frigidaire. Je me dis que faire un peu de sport me calmera... grossière erreur!

Je rejoins l'équipe féminine de handball de l'ENIEG, mais manque de pot, me casse la gueule au bout de 5 minutes et me prends le ballon dans la face au bout de 10, pour me retrouver entourée de mes élèves, collègues, d'enfants et de nombreux curieux venus voir la Blanche entrain de pleurer, la tronche et les habits couverts de sang. Je me suis rarement sentie aussi ridicule, mais c'est mon directeur qui a porté le coup de massue: "Non mais, qu'est-ce qui vous a pris de la laisser jouer?!"

Après cet incident, impossible d'aller nulle part pendant plusieurs jours sans qu'on me demande des nouvelles de mon nez. Mais la journée catastrophique n'est pas finie...

Arrivée à la maison, le nez tel une patate, je découvre un scorpion dans le couloir. Le 3e depuis mon arrivée, mais mes voisins ne me croient pas, d'où mon idée de le prendre en photo avant sa mise à mort. C'est alors que je me rends compte que la carte mémoire est pleine. Je regarde les dernières photos priseset voit mon frère, que je n'ai pas vu depuis des mois! Saperlipopette! En plus de photos de mes chaussures et autres âneries...

Posté par Fleroy à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2009

Vacances de Noël

Le mois de janvier fut riche en émotions: moultes maladies, vols dans la maison et visite familiale... le tout succédant à des vacances de Noël elles-mêmes trépidantes!

En attendant de pouvoir vous raconter tout ça, voici un avant-goût avec les photos de la première partie des vacances "Noel à Limbé", petite ville côtière dans la région anglophone du Cameroun et celles de la seconde partie du voyage qui s'est déroulée à Kribi, petite ville paradisiaque du bord de mer (voir"Kribi et le jour de l'an"). + "Expérience capillaire".

Sey yende fere! (A un de ces jours)

Posté par Fleroy à 13:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2008

Nouvelles photos

Salut les amis,

Après avoir délaissé le blog pendant quelques temps, voici de nouvelles photos dans
29 (les photos de mon week-end d'anniversaire en brousse à Manguerda dans les monts Mandara)
En brousse (les photos d'une autre journée en brousse à côté de Mokolo)

Joyeux Noël à tous!
Pour moi cette année, ce sera sur la plage volcanique de Limbé dans le sud (quand meme presque 48h de voyage pour s'y rendre si tout va bien)

Sey yeso xXx

Posté par Fleroy à 15:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 octobre 2008

WEDNESDAY 29TH OCTOBER, 9 PM

The computer doesn't work any more so I now use paper before going to the internet place to type it all and post it on the blog.

Around me: a huge neon light I hate, all sorts of fascinating insects, some lizards, rotting guavas, paintings on the wall and pictures of you everywhere. They make the happiness of my numerous and confused guests who regularly think my sister and myself make one; my nephew/nieces are my children (no matter how many times I say I don't have any, people won't have any of it); my brother's my Dad, my mother's my Dad too, my brother's my husband... The winning comment so far: "You look so much better on your pictures than in real". Coming from the 19-year-old who would later propose me, it wasn't the best move.

9.04 pm - Still wondering what exciting thing I could do tonight. I guess it could put some people off but it is what i like most about being here: you have to use your imagination all the time. No hammer? Use a stone. No scissors? Here's a piece of broken glass! No door handle? Some string will do. No oven? Put sand and 2 little cans inside a big saucepan, then add a smaller saucepan inside, it works! I spend my time experimenting here and am afraid I'll feel like a robot when I'm back and have access to everything.

9.15 pm - Just made my mind on the exciting evening activity of the day, after playing crosswords yesterday and decorating the house the night before: going to make myself a Halloween outfit! My friend Sarah is throwing a Halloween party at her place in Maroua on Friday night. I can't believe I had to be in Africa to start celebrating Halloween! Pictures coming soon...

Posté par Fleroy à 16:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]

SWEATY BETTY

It is cooler than it used to be, but still, in my mind 39°C is quite hot, even if there is finally a bit of fresh air in the mornings and the evenings. However, while my usual self is sweaty and red-faced, Cameroonians are taking great measures and using their imagination, wearing woolie hats, coats, ski outfits...

It is the beginning of the "cold season". I believe it actually does get cold at some point but all I noticed so far is that I don't get that horrible huge sweat stain on my ass whenever I get up after sitting down for a bit. Also there is less sweat running down my legs during the day and I no longer wake up in a puddle of sweat every morning. Gross but true.

Posté par Fleroy à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

BACK WHERE THE STREETS HAVE NO NAME

Coming back was scary but went very smootly. Despite what I expected, my house did not get burgled, water and electricity came back pretty quickly and I easily got back into my African everyday life. One thing I did not expect though: a week of official mourning à la camerounaise.

The week started with the visit of my 10 colleagues on the evening I arrived. The principal made an opening and a closing speech so I had to make one myself, thanking everybody for their support and telling them about the journey and the funeral. We all prayed, ate, drank and chatted. I was asked if had pictures of the funeral and if I had brought back watermelons and computers with me. They were appalled when I mentioned chocolate and said they were no children.

Friends, neighbours, colleagues' wives, students and random men came to visit me in the following evenings. Apart from the visits of some "random and dodgy men", it was very pleasant. So much sympathy from people I hardly know touched me and made me feel most welcomed back in Mokolo.

Posté par Fleroy à 16:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 août 2008

MOOD SWINGS

I sometimes think of Cameroon in those words:

Colours

     Adventures

          Mango trees

               Exotic

                    Rucksack

                         Odours

                               Outside activities

                                     Naps

… but sometimes, it’s more like:

                                                 Corruption

                                         Amoebes

                                 Machism/Malaria

                           Exasperation

                    Religious extremism

             Obscene men

     Obsolete

Nonsense

Posté par Fleroy à 19:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]